Avis lecture, Historique

Le pays du nuage blanc – Sarah Lark [chronique]

lepaysdunuageblanc

Présentation :

«Église anglicane de Christchurch (Nouvelle-Zélande) recherche jeunes femmes honorables pour contracter mariage avec messieurs de notre paroisse bénéficiant tous d’une réputation irréprochable.»

Londres, 1852. Hélène, préceptrice, décide de répondre à cette annonce et de tenter l’aventure. Sur le bateau qui la mène au Pays du nuage blanc, elle fait la connaissance de Gwyneira, une aristocrate désargentée promise à l’héritier d’un magnat de la laine. Ni l’une ni l’autre ne connaissent leur futur époux.

Une nouvelle vie – pleine d’imprévus – commence pour les deux jeunes femmes, qu’une amitié indéfectible lie désormais…

Mon avis :

Comme je disais dans mon article de retour de vacances hier, ces quelques jours de repos ont été l’occasion de lire enfin le premier tome de la saga de Sarah Lark, avec Le pays du nuage blanc. Je ne sais plus par quel biais j’avais entendu parler de ce roman mais je me souvenais que c’était en très bons termes. Ca n’a pas loupé : j’ai complètement adoré cette lecture !

On suit au départ deux jeunes femmes qui se retrouvent l’une et l’autre en partance pour la Nouvelle-Zélande, en bateau. Toutes deux doivent s’y marier. Hélène et Gwyneira ont des caractères bien différents mais vont très rapidement sympathiser face à cette route vers l’inconnu qui les attend : un nouveau pays, de futurs époux qu’elles ne connaissent pas. Je les ai adoré toutes les deux : Hélène pour son côté calme et avec ma compassion pour sa situation, Gwyneira pour son caractère, sa vivacité, une certaine compassion aussi mais davantage dans la révolte.

Autour d’elles bien sûr se tissent des relations avec d’autres personnages, qu’ils soient Anglais ou bien Maoris. On en apprend aussi sur le peuplement de ce pays à cette époque et j’ai aussi beaucoup aimé cet aspect du roman. Les relations entre les peuples, l’histoire de chacun, les changements à venir aussi, c’est très intéressant.

Je ne m’étendrai pas ici sur les autres personnages mais chacun a un caractère bien à lui, très justement retranscrit, je trouve. On aime, on déteste, on compatis, on espère avec eux…

Quant à l’intrigue, j’ai été complètement plongée dedans, avec un très grand plaisir. Bien qu’il soient épais, j’ai dévoré ce roman. Si bien que, pour continuer à avancer quand j’étais trop fatiguée pour lire avant de dormir, j’ai téléchargé le livre audio sur Audible pour écouter quelques chapitres et avancer ainsi ma lecture.

Vous l’aurez compris, je recommande ce roman à 100% et j’espère pouvoir bientôt découvrir la suite de ces aventures néo-zélandaises.

Avis lecture, Contemporain, Romance

Archer’s voice – Mia Sheridan [chronique]

Présentation :

Quand Bree Prescott arrive dans la petite ville du Maine, elle espère y trouver la paix qu’elle recherche désespérément. Elle est là pour oublier le traumatisme qu’elle a subi dans sa ville natale et recommencer une nouvelle vie. Mais à peine installée dans sa nouvelle maison près du lac, elle va croiser Archer Hale, un homme solitaire et mystérieux, qui cache au fond de lui une profonde souffrance. Un homme que personne ne voit, un homme sans voix.

Archer’s voice parle de la rencontre d’une femme dont la mémoire reste bloquée sur une nuit d’horreur et d’un homme pour qui l’amour est la clé de sa liberté. C’est l’histoire d’un homme silencieux qui vit avec une blessure terrible et de la femme qui va l’aider à retrouver sa voix. C’est une histoire de souffrance, de destin, et du pouvoir de l’amour. Un roman poignant et captivant. Un héros sensuel et émouvant. Une héroïne blessée.

Mon avis :

J’avais vu plusieurs avis très positif sur ce roman. Alors, quand ma Kobo me l’a aussi conseillé, je ne me suis pas faite prier.

J’ai été très emballée dès le début de cette lecture. Tout d’abord, j’aime beaucoup le cadre, ce petit patelin américain au bord d’un grand lac. Bien que le pays ne m’attire pas plus que ça, c’est une de ses régions que j’aimerais parcourir si j’avais à y aller. Il en sort dans ce roman une ambiance qui m’a plu. Bree arrive dans une maison au bord de ce grand lac, et va peu à peu découvrir les personnes qui habite sur ces terres. Particulièrement, elle rencontre Archer, que tout le monde semble trouver bizarre, mais pour lequel elle a tout de suite une attirance. Il faut dire qu’il fait envie, le garçon : muet, certes, mais tellement touchant ! et bâti comme un dieu. Il y a là de quoi s’attacher autant que Bree pour ce beau mâle mystérieux. Sa fragilité est très touchante également et joue sur les sentiments que l’on peut avoir pour lui.

Je me suis énormément attachée à Archer donc. A Bree aussi, que j’ai trouvé très sympathique, au grand coeur, rayonnante. Et leur histoire ! Je suis passée par mille sentiments, surtout sur le dernier tiers du roman. On palpite pour eux, on a les yeux en coeur, on a peur, on est triste, on salive aussi, c’est vraiment génial ! Le fait que cette histoire soit « sans paroles » amène aussi une atmosphère qui tisse une grande proximité entre les personnages.

Rien ne m’a dérangé dans ce roman, j’ai tout aimé. Il se lit très vite, c’est vraiment agréable, et parfait pour cette période de vacances en plus. Un coup de coeur qui m’encourage à découvrir les autres romans de l’auteure dès que possible.

 

Peut-être que, s’agissant de la douleur et de ce que chacun de nous s’estimait coupable d’avoir fait, le bien et le mal, le noir et le blanc n’existaient pas. Peut-être qu’il n’existait que des milliers de nuances de gris.

Avis lecture, Challenge, LTGWE, Thrillers et policiers

Serre-moi fort – Claire Favan [chronique]

serre moi fort couv

Présentation :

 » Serre-moi fort.  » Cela pourrait être un appel au secours désespéré.
Du jeune Nick, d’abord. Marqué par la disparition inexpliquée de sa sœur, il est contraint de vivre dans un foyer brisé par l’incertitude et l’absence. Obsédés par leur quête de vérité, ses parents sont sur les traces de l’Origamiste, un tueur en série qui sévit depuis des années en toute impunité.
Du lieutenant Adam Gibson, ensuite. Chargé de diriger l’enquête sur la découverte d’un effroyable charnier dans l’Alabama, il doit rendre leur identité à chacune des femmes assassinées pour espérer remonter la piste du tueur. Mais Adam prend le risque de trop, celui qui va inverser le sens de la traque. Commence alors, entre le policier et le meurtrier, un affrontement psychologique d’une rare violence…

Mon avis :

La soeur de Nick a disparu. Son entourage et les enquêteurs pensent d’abord à une fugue, mais ils se font très vite à l’évidence : quelque chose de grave est arrivé. Les parents sombrent alors dans une totale déchéance et l’adolescent se retrouve livré à lui-même, à devoir gérer la maison, ses études, etc.

Quand ses parents refont surface, rien ne s’arrange pour autant et j’ai beaucoup compati avec ce garçon qui a la dure place du survivant. Je me suis totalement mise à sa place, face à ses parents qui se raccrochent à tout sauf à lui. Ils semblent franchement égoïste en ce sens, mais on se met aussi à leur place.

La fin de cette première partie m’a arraché un « wahou !! la suite !! ».

Donc, vite, j’ai continué ma lecture avec cette deuxième partie qui nous fait suivre Adam, flic qui vient de perdre sa femme et qui se retrouve sur une grosse enquête, qu’on imagine évidemment liée à la première. On retrouve avec ce nouveau personnage la problématique de la solitude du survivant ; en effet, Adam a deux enfants et sa fille notamment vit très mal le décès de sa mère, en en voulant énormément à son père qu’elle rejette catégoriquement.

Plusieurs éléments de cette deuxième partie posent des questions sur la première. J’ai vraiment adoré ça, avec une envie très forte de comprendre tout le mécanisme de cette histoire.

Enfin, j’ai trouvé la troisième et dernière partie très bien pensée, dans une mise en scène assez originale qui achève l’enchevêtrement des éléments de ce roman. C’est très bien pensé. J’ai juste été un peu déçue par la fin, et quelques unes de mes interrogations sont restées en suspens. Et je reste avec ma question sur le lien avec la couverture : l’image oui (encore que…) mais le titre ?… Ou cela ne m’a pas marquée !

Je recommande cette lecture (je vais d’ailleurs prêter ce roman dans la famille dès la semaine prochaine) et je lirai sans aucun doute les autres romans de cette auteure que j’ai aimé découvrir.

Avis lecture, Challenge, Contemporain, LTGWE

Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom – Barbara Constantine [chronique]

Présentation :

Tom a onze ans. Il vit dans un vieux mobile home avec Joss, sa mère (plutôt jeune : elle l’a eu à treize ans et demi). Comme Joss adore faire la fête et partir en week-end avec ses copains, Tom se retrouve souvent seul. Et il doit se débrouiller. Pour manger, il va chaparder dans les potagers voisins… Mais comme il a peur de se faire prendre et d’être envoyé à la Ddass (sa mère lui a dit que ça pouvait arriver et qu’elle ne pourrait rien faire pour le récupérer), il fait très attention. Un soir, en cherchant un nouveau jardin où faire ses courses, il tombe sur Madeleine (quatre-vingt-treize ans), allongée au milieu de ses choux, en larmes parce qu’elle n’arrive pas à se relever. Elle serait certainement morte, la pauvre vieille, si le petit Tom n’était pas passé par là…

Mon avis :

C’est une relecture que j’ai faite dans le cadre du Très Grand Weekend, pour les consignes « relecture » et « un livre dont la couverture comporte du vert ». On ne pouvait pas faire mieux !

Comme lors de ma première lecture, qui date maintenant de quelques année, j’ai apprécié ce petit livre de 211 pages. C’est très rafraîchissant, je trouve, et cela se lit très vite. En effet, on a principalement des phrases courtes et simples, qui collent parfaitement aux personnages que l’on suit. Tom a 11 ans et il est le fils de Joss, 25 ans. Pour cette toute jeune mère, il est difficile de subvenir à tous leurs besoins et de répondre à toutes ses responsabilités. Tom doit donc l’aider, parfois l’épauler, quitte à avoir de temps en temps une vision plus adulte que sa jeune mère. C’est un bon gamin qui, lorsqu’il doit piquer des légumes chez ses voisins, le fait très gentiment, en essayant que cela se voit le moins possible, en prévenant le chat qu’il en est désolé et qu’il n’a pas pris grand chose… Bref, on s’attache totalement à ce petit bonhomme ! J’ajoute aussi un petit coup de coeur ici pour le fameux couple de voisins « so British » et qui sont trop choux eux aussi.

Un jour, Tom fait la rencontre de Madeleine, qu’il aide à se remettre sur pieds. Il va devoir assurer de nouvelles responsabilités et garder sa maison et ses animaux, le temps d’un court séjour à l’hopital pour cette vieille dame toute sympathique. Durant cette période, il va aussi faire la connaissance de Sammy, qui semble être attaché à Joss. On croise moins ce personnage mais il est dans la lignée des autres, plutôt attachant.

J’ai aimé voir les personnages évoluer, les liens se tisser. On a très envie de prendre Tom avec nous et de lui ébouriffer les cheveux comme à un bon petit gars.

C’est un roman court et que je conseille, comme les autres romans de l’auteure d’ailleurs.

 

Avis lecture, Thrillers et policiers

Une autre vie – S. J. Watson [Chronique]

Une autre vie SJ Watson

Présentation :

Femme au foyer, Julia mène une vie bien rangée à Londres avec son mari et son fils. Lorsqu’elle apprend la mort de sa jeune sœur, Kate, victime d’une agression à Paris, près du canal de l’Ourcq, elle est sous le choc. Les deux sœurs, dont les relations n’ont jamais été faciles, s’étaient perdues de vue. Ne parvenant pas à faire son deuil, Julia décide d’aller à Paris afin d’en savoir plus sur la vie que menait Kate. Là, elle apprend que cette dernière fréquentait assidûment les sites de rencontre en ligne. Le doute s’insinue alors dans son esprit : et si la mort de sa sœur n’était pas due à une simple agression mais à une mauvaise rencontre ? Ne pouvant se débarrasser de cette idée obsédante, Julia décide de se faire passer pour Kate sur le site Internet d’escorts que celle-ci utilisait.

Mais, à l’âge des bilans, des remises en question, des ambitions laissées derrière elle, Julia ne réalise pas qu’elle est en train de jouer un jeu dangereux à double titre. Si elle a en effet raison sur les circonstances de la mort de sa sœur, elle prend tous les risques. Et en goûtant à une autre vie, plus excitante, que va-t-il rester de la sienne ?

Mon avis :

J’ai acheté ce livre car j’avais bien aimé Avant d’aller dormir du même auteur. Je n’avais pas spécialement entendu parler de ce roman-ci mais le résumé m’a convaincue.

J’ai donc commencé cette lecture un peu avant le challenge Le temps d’un très grand weekend. Challenge qui m’a permis de terminer ce roman.

Julia a perdu sa soeur, qui s’est faite assassiner. Très marquée par cette disparition, elle va chercher par tous les moyens à faire le clair sur cette affaire. Pour ce faire, elle s’inscrit sur les sites de rencontres en ligne que semblait fréquenter sa soeur, dans l’espoir de tomber sur le meurtrier. Mais essayer de le démasquer va amener Julia de plus en plus loin dans son personnage et la faire se confronter à des risques qui n’étaient pas prévus au départ.

J’ai trouvé le sujet intéressant, mais j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages, y compris Julia que l’on suit tout du long pourtant. Je comprends bien sa quête et son attrait naissant pour la discussion, mais je ne suis pas parvenue totalement à me mettre à sa place. Aussi, je ne me suis pas posée autant de questions que je l’aurais souhaité sur le dénouement de cette histoire. Par contre, d’autres éléments m’ont semblé trop peu développés, pas assez approfondis. Cela a dû jouer sur mon manque d’intérêt poussé pour l’histoire. J’ai deviné par ailleurs quelques évènements à l’avance, sans pour autant m’attendre totalement à la fin. Celle ci ne m’a pas déplu, même si je n’arrive pas totalement à me faire une idée précise sur la cohérence ou non de certains points.

C’était une bonne lecture dans l’ensemble, bien qu’elle ne m’ait pas transcendée. J’ai aimé l’approche psychologique mais ne l’ai pas trouvé suffisante à mon goût. Quelques manques sont perceptibles mais sans qu’il y ait de grosses lacunes dans ce roman, selon moi. Rien qui ne m’ait fait souffler ou lâcher ma lecture. J’avais bien envie de connaître le fin mot de cette histoire et le dénouement du parcours de Julia.

Avis lecture, Blabla, Essais, développement personnel

Minimalisme, zéro déchet… lectures et démarche

Depuis un moment, et notamment depuis notre dernier déménagement, je suis entrée dans une espèce d’envie de « tri par le vide », de désencombrement. Notre appartement est confortable mais pas très grand, sans beaucoup de rangements, et je trouve que nous sommes envahis d’objets dont nous ne nous servons pas ou seulement très peu.

Alors c’est difficile, c’est sûr. J’ai encore beaucoup de mal à me séparer de plein de choses. J’ai des centaines de livres. Je garde des vêtements dans l’espoir de finir par rentrer de nouveau dedans… Mais je sens le changement venir.

Deux récentes lectures ont activé mon envie de tri :

  • La magie du rangement, de Marie Kondo
  • Zéro déchet, de Béa Johnson

J’ai trouvé ces deux livres très intéressants et complémentaires. Je ne rentrerai pas dans le détail de leur présentation, vous trouverez bien assez d’informations sur Internet à leur sujet.

Quelques démarches, en vrac, que j’entreprends :

  • nous avons acheté un composteur de cuisine ce weekend. Il fait 15 litres, semble bien hermétique. Idéal pour valoriser les déchets de cuisine et les fleurs coupées au jardin notamment, et pour pouvoir nourrir nos plantes et plantations avec le substrat obtenu dans un mois si tout va bien.
  • tri des sous-vêtements trop petits et chaussettes qui ne ressemblent plus à rien ou sont esseulées.
  • Don de vêtements trop petits (si je perds le poids pris ces dernières années, je me ferai un plaisir de réajuster ma garde-robe par une virée shopping en récompense)
  • Faire au moins une relecture par mois, dans l’espoir de parvenir à me détacher de livres qui ne m’ont pas particulièrement plu (que je mettrai en boîte à livre ou ferai gagner par concours). Mais ça, ça sera quand même difficile…
  • Vente d’appareils qui ne nous servent pas : friteuse, aspirateur (balai, serpillière et aspirateur-balai font très bien l’affaire pour le moment)
  • Davantage d’achats en bio et en vrac (équipement en bocaux nécessaires mais je suis quand même déjà bien parée).
  • Une fois les produits d’entretiens entamés terminés, pas de rachat. On passage au savon noir / bicarbonate / vinaigre blanc
  • Idem pour le troc des produits de beauté et cosmétiques pour des produits plus naturels et en moindre quantité.

Ce sera déjà un bon début avec tout ça. Je ne pense pas parvenir à la perfection, bien sûr, mais nous lancer dans cette démarche me fait déjà sentir bien, et je suis sûre que nous y gagnerons à terme. Je vous en reparlerai certainement pour voir comment les choses avancent 😉 .