Tome 1

Présentation :

Elle sait qu’un chat a trente deux muscles par oreille, qu’un « rien de temps » dure un centième de seconde et qu’une personne normale rit quinze fois par jour. Mais elle n’est pas sûre de savoir pourquoi personne ne semble vraiment l’apprécier à l’école. Aussi, lorsqu’elle est repérée par un agent de top modèle, Harriet saisit cette chance de se réinventer. Même si cela signifie voler le rêve de sa meilleure amie, s’exposer à la rage de son ennemie jurée Alexa, et s’humilier régulièrement aux yeux du terriblement magnifique Nick, top model de classe internationale. Même si cela veut dire également mentir aux personnes qu’elle aime…
Alors qu’Harriet vogue d’un désastre de haute couture à l’autre avec l’aide de son père ultra enthousiaste et de son stalker super-geek, Toby, elle commence à réaliser que le monde de la mode ne semble pas l’apprécier plus que le monde réel.
Et lorsque son ancienne vie part en morceaux, une question se pose: Harriet arrivera-t-elle à se métamorphoser avant d’avoir tout gâché?

Mon avis :

J’avais entendu parlé de ce roman sur Youtube au moment des sorties des différents tomes, je crois. Il y a donc un moment déjà. Je n’avais pas de souvenirs très précis du contenu, hormis le profil « Geek » du personnage principal et sa transformation et son amitié avec quelqu’un ayant un profil tout différent du sien.

C’est en effet ce que j’ai trouvé dans cette lecture. Avec pas grand chose de plus. Autant vous dire que c’est très léger. Mais c’est ce que je recherchais. Ce roman a en effet été ma lecture du soir sur liseuse (comme le seront les tomes suivants), et c’est plutôt agréable à lire de cette manière. Cela se lit très vite, et on y rencontre un ton qui est plutôt très agréable.

Les personnages sont ultra-caricaturaux mais cela se marie bien avec ce que j’attendais de ce roman. On a la geek++, mal à l’aise en société, avec de grandes connaissances sur le monde mais pas vraiment sur les codes sociaux ; l’agent artistiques complètement extravagant ; la responsable super froide ; le père qui est un grand gamin et la belle-mère avocate, qui tente d’amener un peu de bon sens. Il y en a quelques autres, mais autant ne pas tout dévoiler ici. Je les ai tous bien aimé en tout cas.

Bref, je ne vais pas m’étendre beaucoup plus : c’est une lecture légère, qui fait un peu penser au Diable s’habille en Prada ou à Uggly Betty. Ce roman a bien correspondu à ce  à quoi je m’attendais, plein de légèreté, et je continuerai la saga avec plaisir, sur le même mode de lecture quand je n’ai pas envie de trop réfléchir.

Geek girl – Holly Smale
Étiqueté avec :                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *