Avis lecture, Epistolaire

La septième vague – Daniel Glattauer

Présentation :

Leo Leike était à Boston en exil, le voici qui revient. Il y fuyait la romance épistolaire qui l’unissait en esprit avec Emmi. Elle reposait sur trois principes : pas de rencontres, pas de chair, pas d’avenir. Faut-il mettre un terme à une histoire d’amour où l’on ne connaît pas le visage de l’autre ? Où l’on rêve de tous les possibles ? Où l’on brûle pour un(e) inconnu(e) ? Où les caresses sont interdites ? « Pourquoi veux-tu me rencontrer ? » demande Léo, inquiet. « Parce que je veux que tu en finisses avec l’idée que je veux en finir » répond Emmi, séductrice. Alors, dans ce roman virtuose qui joue avec les codes de l’amour courtois et les pièges de la communication moderne, la farandole continue, le charme agit. Léo et Emmi finiront de s’esquiver pour mieux… s’aimer !

Mon avis :

J’avais adoré Quand souffle le vent du nord, qui précède ce roman-ci. La thématique du « tomber amoureux à distance » me touche beaucoup car mes deux « vraies et longues » histoires ont commencé ainsi et ont duré (et dure toujours, pour l’une d’elle, encore longtemps j’espère). C’est donc quelque chose qui me parle beaucoup et me touche au plus près. J’avais de plus beaucoup aimé la relation que tissent du coup Emmi et Léo, leurs caractères, leurs personnalités. J’étais donc très enthousiaste à l’idée de les retrouver dans La septième vague.

Je n’ai pas pris le temps de relire Quand souffle le vent du nord, mais je n’ai eu aucun mal à me replonger auprès de ces deux personnages. D’autant que cette suite arrive plusieurs mois après la fin de ce précédent opus. J’ai donc tout naturellement retisser le lien en même temps qu’eux et me suis laissée prendre au jeu de leur nouvelle correspondance.

Je crois avoir été un peu moins émue que par le premier tome, même si j’ai de nouveau passé un très moment avec ce couple, il faut le dire, compliqué. Là encore, je l’ai lu très rapidement : c’est très court, construit sur des échanges de mails, et j’avais vraiment envie de savoir ce qui attendait Emmi et Léo.

La fin est juste un peu rapide, un peu facile à mon goût, mais elle termine plutôt bien ces échanges. Une lecture légère qui m’a fait passé un nouveau bon moment.

Une aventure est faite pour être vécue à fond, d’un coup. Etre ensemble, c’est vouloir rester ensemble pour peut-être un jour apprendre à bien se connaître.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *