Avis lecture, Historique

Le pays du nuage blanc – Sarah Lark [chronique]

lepaysdunuageblanc

Présentation :

«Église anglicane de Christchurch (Nouvelle-Zélande) recherche jeunes femmes honorables pour contracter mariage avec messieurs de notre paroisse bénéficiant tous d’une réputation irréprochable.»

Londres, 1852. Hélène, préceptrice, décide de répondre à cette annonce et de tenter l’aventure. Sur le bateau qui la mène au Pays du nuage blanc, elle fait la connaissance de Gwyneira, une aristocrate désargentée promise à l’héritier d’un magnat de la laine. Ni l’une ni l’autre ne connaissent leur futur époux.

Une nouvelle vie – pleine d’imprévus – commence pour les deux jeunes femmes, qu’une amitié indéfectible lie désormais…

Mon avis :

Comme je disais dans mon article de retour de vacances hier, ces quelques jours de repos ont été l’occasion de lire enfin le premier tome de la saga de Sarah Lark, avec Le pays du nuage blanc. Je ne sais plus par quel biais j’avais entendu parler de ce roman mais je me souvenais que c’était en très bons termes. Ca n’a pas loupé : j’ai complètement adoré cette lecture !

On suit au départ deux jeunes femmes qui se retrouvent l’une et l’autre en partance pour la Nouvelle-Zélande, en bateau. Toutes deux doivent s’y marier. Hélène et Gwyneira ont des caractères bien différents mais vont très rapidement sympathiser face à cette route vers l’inconnu qui les attend : un nouveau pays, de futurs époux qu’elles ne connaissent pas. Je les ai adoré toutes les deux : Hélène pour son côté calme et avec ma compassion pour sa situation, Gwyneira pour son caractère, sa vivacité, une certaine compassion aussi mais davantage dans la révolte.

Autour d’elles bien sûr se tissent des relations avec d’autres personnages, qu’ils soient Anglais ou bien Maoris. On en apprend aussi sur le peuplement de ce pays à cette époque et j’ai aussi beaucoup aimé cet aspect du roman. Les relations entre les peuples, l’histoire de chacun, les changements à venir aussi, c’est très intéressant.

Je ne m’étendrai pas ici sur les autres personnages mais chacun a un caractère bien à lui, très justement retranscrit, je trouve. On aime, on déteste, on compatis, on espère avec eux…

Quant à l’intrigue, j’ai été complètement plongée dedans, avec un très grand plaisir. Bien qu’il soient épais, j’ai dévoré ce roman. Si bien que, pour continuer à avancer quand j’étais trop fatiguée pour lire avant de dormir, j’ai téléchargé le livre audio sur Audible pour écouter quelques chapitres et avancer ainsi ma lecture.

Vous l’aurez compris, je recommande ce roman à 100% et j’espère pouvoir bientôt découvrir la suite de ces aventures néo-zélandaises.

Avis lecture, Contemporain

Désolée, je suis attendue – Agnès Martin-Lugand

 PDésolée je suis attendue couvrésentation :

Yaël ne vit que pour son travail. Brillante interprète pour une agence de renom, elle enchaîne les réunions et les dîners d’affaires sans jamais se laisser le temps de respirer. Les vacances, très peu pour elle, l’adrénaline est son moteur. Juchée sur ses éternels escarpins, elle est crainte de ses collègues, et ne voit quasiment jamais sa famille et ses amis qui s’inquiètent de son attitude. Peu lui importe les reproches qu’on lui adresse, elle a simplement l’impression d’avoir fait un autre choix, animée d’une volonté farouche de réussir. Mais le monde qu’elle s’est créé pourrait vaciller face aux fantômes du passé.

Mon avis :

Jusque là, j’ai aimé chacune de mes lectures des romans de Agnès Martin-Lugand. Il me restait celui-ci à lire, et j’en ai encore deux à découvrir. Quoiqu’il en soit, je n’ai de nouveau pas été déçue par ce moment de lecture.

Yaël, à la sortie de ses études, vivait légèrement et ne voulait pas se prendre la tête avec le travail. Jusqu’au moment où, à la sortie de son stage, elle se fait embauchée dans l’entreprise en question. On la retrouver quelques années plus tard, totalement transformée. Elle est devenue une femme d’affaires dynamique et complètement accro à son travail. La famille, les amis, le temps pour soi, ne font pas vraiment partie de ses préoccupations. Elle va finalement se retrouver forcée à de petites vacances, qui vont transformer sa vision des choses. Elle va pour cela être aidée par ses amis et sa famille.

Comme je l’évoquais, j’ai passé un très bon moment de lecture. Comme d’habitude avec l’auteure, j’ai trouvé les personnages très attachants. Même si leur situation m’a moins touchée que celle des Gens heureux… et sa suite, par exemple, je me suis quand même prise d’affection pour eux. Notamment pour Yaël. Certes, elle peut être imbuvable, mais on a quand même envie de l’encourager à changer,  à ouvrir les yeux sur les choses importantes, voire essentielles, qui l’entourent.

Les coups du sort jouent aussi leur rôle, les sentiments de toutes sortes se rencontrent.

Bref, de nouveau, je recommande. Le prochain roman de l’auteure que je lirai sera certainement Entre mes mains le bonheur se faufile, puisque, si j’ai bien compris, il précède en fait celui-ci, en étant axé sur d’autres personnages.